Adolescence·Analyse transactionnelle·Situations concrètes

Adolescents en souffrance et comportements passifs

Les adolescents que j’ai accompagnés au long de ma carrière on vécu, pour la plupart, de la négligence ou de la maltraitance (physique, psychologique, sexuelle, …) dans un contexte social et familial le plus souvent insécurisant. Je ne remets pas là forcément en cause les parents mais bien le contexte.

Ces jeunes, en rébellion contre les règles parentales, en opposition face au contrôle et dans une quête d’individuation (les éducateurs font office de figure parentale), adoptent couramment des comportements tels que  la violence physique ou verbale, l’agressivité, le passage à l’acte, l’agitation ou au contraire le repli sur soi, l’auto-mutilation, la somatisation, la passivité, l’adaptation.

violences

En analyse transactionnelle, on appelle ces comportements des « Comportements Passifs« *(1) :
– La violence : La personne agit et blesse l’autre
Exemple : Georges frappe Nathanaël qui le provoque.
– L’incapacitation : La personne se blesse elle-même, se fait du mal à elle-même (volontairement ou pas)
Exemple : Fabien est passionné de football. Il ne vit que pour ça, s’entraîne à outrance, ajuste son alimentation pour être en meilleure forme physique. Quelques jours avant un match important, il se casse la cheville. L’on pourrait imaginer que c’est un hasard. Mon hypothèse est qu’il y a de la peur liée à une injonction « Ne réussis pas ».
– L’agitation : La personne dépense son énergie à répéter des comportements n’amenant pas la résolution du problème
Exemple : Stéphane va faire la même demande aux éducateurs plusieurs dizaines de fois bien qu’il ait déjà obtenu la réponse la première fois.
– L’abstention : La personne n’agit pas
Exemple : Alfred doit trouver un stage pour son projet scolaire depuis plusieurs semaines mais ne parvient pas à se mettre en action pour ses recherches. Il n’agit pas et attend que l’éducateur fasse les démarches à sa place.
– La suradaptation : La personne fait/dit ce qu’elle imagine que son interlocuteur attend d’elle
Exemple : Lorsque je propose à Karine d’aller faire ses devoirs dans la salle d’activités, celle-ci se lève et va prendre un livre de sport dans la bibliothèque alors qu’elle n’aime pas le sport. Karine a obéi sans vérifier si la proposition était juste pour elle et en choisissant un livre pour lequel elle n’avait pas d’intérêt.

Ces attitudes sont des stratégies inconscientes qui empêchent d’aboutir à une résolution du problème. En étant passive, la personne méconnaît*(2) ses propres capacités à résoudre son problème (elle méconnaît d’ailleurs parfois même l’existence du problème, voire du stimulus lui-même) et soit attend inconsciemment que quelqu’un d’autre le résolve à sa place, soit est dans une démarche consciente ou non de maintenir la situation dans l’état ce qui lui procure comme bénéfice de confirmer ses croyances scénariques*(3).

Ces 5 comportements passifs se retrouvent de manière très visible chez les adolescents. La violence (et dans certains cas l’incapacitation) est le comportement passif le plus facilement identifiable puisqu’il est visible et peut demander une intervention de l’adulte. Il n’en reste pas moins que les autres sont tout aussi présents et ne sont pas à négliger dans le travail éducatif. En centre d’hébergement, on trouve fréquemment un ou plusieurs jeunes qui engendrent beaucoup d’interventions, d’attention, de réactions de la part de l’équipe éducative. Ces jeunes adoptent des comportements violents, incapacitants, agités, qui nécessitent régulièrement la présence de l’éducateur. Cela peut favoriser les comportements d’abstention d’autres jeunes qui auraient tendance à être davantage dans le retrait et à tenter de se faire les plus discrets possibles. Si l’équipe éducative n’est pas vigilant à ça et se laisse emporter pas la turbulence des uns, les plus « discrets », eux aussi dans des comportements passifs mais d’une autre forme, resteront maintenus dans leur passivité et dans la non résolution de leurs problèmes (Je note que j’ai bien conscience que l’équipe éducative n’est pas la seule à avoir un impact éducatif sur le jeune et que ce dernier pourra trouver les ressources à l’extérieur).

seule

Interventions de l’adulte

La vie en collectivité est aidante pour repérer les interactions des jeunes et permet d’identifier assez facilement les comportements passifs prédominants chez chaque adolescent.

Il est nécessaire que l’éducateur ait conscience de ces mécanismes de passivité :
– Déjà pour ne pas répondre à l’appel symbiotique*(4) de l’adolescent, ce qui empêcherait le jeune de résoudre à un moment donné son problème, et ce qui le maintiendrait dans sa méconnaissance.
– Ensuite pour repérer que le jeune est en train de mettre en place quelque chose de scénarique*(4) et qu’il ait le souci de confronter le jeune à son comportement passif, l’intérêt étant de l’amener à identifier le problème qui se cache derrière son comportement et à l’aider à cheminer vers un changement. Il existe un tableau des méconnaissance fort utile pour appliquer cela, mais qui nécessite d’avoir une bonne connaissance du concept des méconnaissances.
– Enfin de manière à se rendre compte que les attitudes de violence ne sont pas les seules qui révèlent une difficulté d’un jeune et justement prendre le temps nécessaire pour chaque personne accueillie, avec la spécificité et la singularité de chacun.

En savoir plus…

*(1) Passivité : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/la-passivite/
*(2) Méconnaissances : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/les-meconnaissances/
*(3) Scénario : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/le-scenario/
*(4) Appels symbiotiques :  http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/ly/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s