Adolescence·Analyse transactionnelle·Situations concrètes

Adolescence, jeux psychologiques et signes de reconnaissance

Les Jeux Psychologiques sont fréquents en institutions. Les adolescents ont des jeux auxquels ils jouent d’ailleurs plus volontiers que d’autres. A ce sujet, il est intéressant de prendre connaissance du Triangle Dramatique de Karpman :

http://cabinet-psychotherapie-sexotherapie.blogspot.fr/2012/11/comportements-de-type-pervers.html
Source de l’image : http://cabinet-psychotherapie-sexotherapie.blogspot.fr/2012/11/comportements-de-type-pervers.html

 

On retrouve par exemple :

– « Essaie de me le faire faire »
Exemple : Teddy est de service de table et refuse de le faire. Il regarde l’éducateur en lui faisant un doigt d’honneur et en lui disant : « Je la ferai pas ta vaisselle, tu rêves ! »

– « Essaie toujours de m’en empêcher »
Exemple : Timothée a bien décidé qu’il ferait sonner l’alarme de l’unité et le revendique. L’éducateur intervient pour l’en dissuader et Timothée, dans avec un sourire, met tout en place pour bel et bien faire retentir l’alarme.

– « Au viol »
Exemple : Sabrina a une place compliquée au sein du groupe. Elle a du mal à être acceptée des « leaders » et désire pourtant être acceptée par les membres de ce « groupe ». Elle tente des approches un peu séductrices (bisous, faire plaisir…) dans l’espoir d’être intégrée et finalement sans chercher à séduire ses pairs sur le plan sexuel. C’est pourtant ainsi que c’est perçu et certains garçons de ce groupe tentent de répondre à cette séduction sur le plan « sexuel ». Sabrina, dépassée par les évènements, repousse l’autre et est alors rejetée.

– « Frappe-moi »
Exemple : Steeve sait que Jordan est titillé par certains de ses comportements. Pour obtenir des signes de reconnaissance de la part de Jordan (sous forme de coups), Steeve va adopter les comportements (le plus souvent inconsciemment) qui vont le faire réagir. Steeve est un enfant qui a lui-même reçu des coups au domicile.

– « Battez-vous »
Exemple : Cynthia est copine avec Mathilde et Gaëlle. Elle a tendance à amorcer les conflits entre ces deux jeunes filles en parlant de l’une à l’autre et vice versa.

Ces Jeux Psychologiques ne sont bien entendus pas joués consciemment. Ils font partie de la vie quotidienne de tout un chacun (eh oui, même de la votre !) et est particulièrement visible chez les adolescents qui ont tendance à réagir de manière plus impulsive que les adultes lorsqu’ils sont touchés (j’en parlerai à l’occasion dans un prochain article).

cerveau

Les éducateurs sont le support de nombreux transferts de la part des jeunes. Ils représentent une figure d’autorité à laquelle ils cherchent souvent à s’opposer pour pouvoir s’affirmer dans leur singularité (j’y reviendrai sans doute également). Les jeux psychologiques ne se jouent donc pas qu’entre les jeunes eux-mêmes mais également entre les adultes et les jeunes ! Eh oui, chers collègues, nous ne sommes pas exempts de toute responsabilité dans les conflits avec les ados (encore une fois, j’en reparlerai). Certains ados ont appris très tôt, de par leur histoire familiale, à développer une intuition suffisamment fine pour déceler les « fragilités » (Points Faibles en AT) des adultes et vont lancer des Amorces de Jeux pour venir vérifier la fiabilité de ce dernier. J’entends souvent parler de « test »… C’est en quelque sorte ça, sauf que l’intention n’est pas tant, selon moi, de manipuler l’adulte mais de vérifier comment il peut lui faire confiance ou de rejouer un schéma connu. Certains jeux peuvent atteindre le troisième degré, d’où l’intérêt et l’importance de les repérer le plus rapidement possible.

Mais pourquoi les jeunes jouent-ils à ces jeux ?

Comme dans tout Jeu Psychologique, un des Bénéfices est, en plus de confirmer les Croyances Scénariques, de recevoir des Signes de Reconnaissance, qu’ils soient Positifs ou Négatifs.

Les Signes de Reconnaissances sont :
– Conditionnels (visent le comportement) ou Inconditionnels (visent la personne)
– Positifs (valorisants) ou Négatifs (critique, sachant qu’une remarque sur le comportement peut être constructive pour l’éducation)
– Verbaux ou Non Verbaux

« Jouer » des jeux avec les éducateurs permet aux jeunes de recevoir des Signes de Reconnaissance, parfois intenses, grâce à la réponse que leur offrira l’adulte.

Le concept des Signes de Reconnaissances est, à mon avis, d’une grande importance dans l’accompagnement des adolescents hébergés en foyers. Savoir repérer ceux que demandent/donnent/refusent/acceptent les adolescents est une source inestimable de richesse en terme d’observation et permettent aux professionnels de prendre du recul face aux comportements des ados et d’adapter leur posture en fonction de ce qu’ils ont pu observer chez chaque jeune.

En effet, ces jeunes ont à leur actif un certain nombre de Signes de Reconnaissances Conditionnels et Inconditionnels Négatifs qui, parfois, on pu être d’une grande intensité (maltraitance, négligence, carence, …). Dans la mesure où les Strokes (autre nom donné aux SR) reçus pendant l’enfance ont été principalement des « piquant », les adolescents vont mettre en place des comportements connus qui vont engendrer des réponses également connues et qui vont entrer dans leur cadre de référence.

Exemple : Joachim n’obtient de la reconnaissance de sa famille qu’en posant des actes de délinquance. Il dit d’ailleurs lui-même : « Je suis né pour faire chier les gens ». Lorsqu’il est dans un comportement positif et dans une démarche d’évolution, sa maman estime que ce comportement est tout à fait normal et ne valorise pas les efforts faits. Par contre, au moindre acte délictueux, il reçoit des Signes de Reconnaissance Négatifs intenses.

Exemple : Tarik est un jeune garçon de 14 ans, vivant un grand conflit de loyauté envers sa maman. Lorsqu’il est éloigné d’elle temporairement et spatialement, il peut se montrer agréable, marrant, avec une grande part d’Enfant Libre. Durant ces périodes, il ne reçoit que peu de retours de sa maman qui est dans l’attente de la prochaine « connerie ». Il reçoit peut d’appels et les efforts qu’il fournit sont banalisés, voire même reniés. Lorsque la « connerie » arrive, cette maman est de nouveau présente et envoie de nombreux Strokes Négatifs Conditionnels et Inconditionnels. Mais Madame est là…

« Mieux vaut des Signes de Reconnaissance Négatifs que pas de Signe de Reconnaissance du tout »

Interventions de l’adulte

rale

Très souvent, on peut identifier une invitation implicite de l’Enfant Rebelle de l’adolescent qui recherche une réaction du Parent de l’éducateur (Normatif ou Nourricier = Persécuteur ou Sauveur dans le Triangle Dramatique). On es alors dans une Transaction Parallèle.

Pour éviter de rentrer dans le Jeu, l’éducateur pourrait faire le choix Croiser la Transaction en répondant à partir de l’Adulte (et non du Parent tel que l’attend inconsciemment le jeune). L’utilisation de l’Enfant Libre est également une bonne option dans la mesure où l’on invite alors l’Enfant Libre de l’adolescent (en désinvestissant l’Enfant Rebelle) en désamorçant le conflit par la créativité ou l’humour.

C’est une tâche complexe, pour un éducateur ayant la responsabilité d’une dizaine de jeunes, de ne pas répondre à l’invitation de l’Enfant Rebelle. L’important est de ne pas donner au jeune le Bénéfice Négatif qu’il attend et qu’il connaît bien.

astuce

Je partage avec vous une astuce proposée par Thomas R. Gilles dans un des Classiques de l’Analyse Transactionnelle qui s’intitule « La prédiction« . Elle consiste à anticiper le Jeu avant qu’il n’ait lieu.
Exemple : David a l’habitude de poser, à de multiples reprises, la même demande. Il réitère sa question tant que l’éducateur ne lui donne pas la réponse qu’il espère. Cela peut être quotidien, durant plusieurs semaines ! Après avoir pris connaissance de cette astuce, j’ai décidé de l’appliquer : David est venu me faire une demande à laquelle j’ai répondu clairement et fermement et, comme à son habitude, il est revenu à deux autres reprises me réitérer sa demande. La troisième fois, je lui ai répondu avec bienveillance :
– « David, ce que tu vas faire, c’est me répéter ta demande 10 fois, 20 fois, 30 fois et ce tant que je te dis non ? »
Ce à quoi il m’a répondu :
– « Oui » en souriant.
Il a reposé la question une fois puis est parti. Il ne me l’a plus reposée.

 

En savoir plus…

Triangle dramatique : http://blog-fr.coaching-go.com/2012/02/comment-eviter-les-jeux-psychologiques-avec-le-triangle-de-karpman/
Jeux psychologiques : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/les-jeux-psychologiques/
Transactions : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/les-transactions/
Signes de Reconnaissance : http://analysetransactionnelle.fr/les-concepts-de-base/les-signes-de-reconnaissance/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s