Education positive·Enfance·Situations concrètes

Oser sortir du cadre ?

Nous sommes en juin. Le juin d’une année où il a fait un temps… pourri ! Depuis plusieurs mois, c’est le premier jour de grande chaleur dans notre beau nord et le soleil réchauffe les cœurs et les corps.

soleil

Cette journée là, comme toutes les autres journées en temps scolaire, les enfants se sont levés, lavés, habillés. Ils sont pris leur petit déjeuner, se sont brossé les dents, se sont préparés pour aller à l’école et y ont été déposés. Leur journée scolaire passée, l’éducateur est allé les rechercher. Ils sont rentrés, on pris leur goûter, on fait leurs devoirs. Ils ont joué une 30 aine de minutes tout au plus avant d’aller prendre leur douche, se mettre en pyjama et descendre prendre leur repas. Un planning quasi millimétré auquel ils se tiennent avec rigueur (enfin comme des enfants, quoi !).

Une règle est posée, dans la maison dans laquelle je travaille, qui est qu’après le repas, il y ait un « temps calme ». De fait, de manière générale les enfants jouent ensemble, lisent un livre, font un jeu de société ou regardent (rarement) la télévision.

Ce jour-là, presque unanimement, ils m’ont demandé s’ils pouvaient aller jouer dans le jardin. Il leur restait une bonne demi-heure avant de commencer à se préparer pour monter se coucher et c’est tout naturellement que j’ai dit… oui. Un soleil magnifique comme on l’attendait depuis des lustres… une journée déroulée au rythme d’un quotidien effréné.. et là, un temps libre où ils peuvent profiter d’être ensemble, dehors, au soleil, à jouer sans contrainte. Un moment de bonheur quoi !

Boulette !?!

Tout s’est déroulé dans la tranquillité et surtout la joie. Les enfants se sont amusés dehors, sont rentré quand nous le leur avons demandé et sont monté se coucher sans encombre. Peut-être un ou deux qui ne voulaient pas rentrer, et en même temps qui voudrait arrêter de jouer pour aller se coucher alors qu’il fait si bon et doux à profiter du soleil après des mois de grisaille 🙂 Pour autant, ils sont tout de même capitulé.

Naïvement, j’ai noté le déroulement de cette fin de journée dans le fameux cahier de bord, qui permet de faire la liaison entre les différentes équipes se relayant, très heureuse que les enfants aient pu bénéficier d’un moment le liberté et de joie.

Aïe.
Je suis « sortie du cadre ».
Après le repas, c’est un temps calme.
Les enfants n’auraient pas dû avoir la permission de sortir jouer dehors, ça va à l’encontre du règlement.

Ma tête, quand j’ai entendu ça, a dû ressembler à peu de choses près à ça :

dépitée

Ou peut-être à ça…

dépitée2

Peut-être même que ça devait être de ce genre-là :

dépitée3
Ou un mélange des trois à la fois… Je vous laisse imaginer ?

Ok… Bon, soit. Et alors, j’aurai dû faire quoi ?

« En parler lors de la prochaine réunion »

mdrD’accord, il y a des règles, un cadre à respecter. Mais ne peut-on pas aussi se donner la permission de sortir du cadre dans la mesure où aucune règle de sécurité n’est entravée ? Dans la mesure où l’intégrité d’aucune personne n’est mise à l’épreuve ?

Où est la place de l’imprévu, de la joie, de la liberté de se laisser porter par ce qui est vivant à l’instant T ?
Où est la place de la joie, du plaisir de vivre le moment présent, d’être heureux ?

Est-ce être laxiste que d’oser sortir du cadre dans ce genre de circonstances ?
Je me suis posée la question… car ce terme a été posé… Ais-je été laxiste ? Aurais-je dû me conformer au cadre à cet instant précis ?
Aujourd’hui, je suis convaincue que non.

Peut-être devrions-nous réfléchir à instaurer un panneau « Permissions » qui soit d’une longueur plus important que les interdits, les limites, les règles à ne pas enfreindre…

Qu’en dites-vous ?

Advertisements

12 réflexions au sujet de « Oser sortir du cadre ? »

  1. Bonjour,
    Je suis pleinement d’accord avec vous, et reste toujours abasourdi devant ce genre d’histoire. Je n’arrive pas à comprendre comment, par quel mécanisme de pensée il est possible de sacrifier l’empathie, la gentillesse, et un peu sens, sommes toutes fort élémentaire, au profit d’une réglementation stricte et rigidifiée par ce genre de commentaires.
    Fort heureusement, visiblement, il y a des éducateurs doués d’une tête et d’un cœur. Cela réchauffe le mien.
    Merci pour vos histoires.

    Bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce commentaire Yurididion ! Couplé à un article que je viens de lire ce matin et une formation faite cette semaine, tu me donnes l’idée d’un super article sur la peur institutionnelle !!!
      Et merci aussi pour avoir écrit et fait un un signe de ta présence sur ce Blogger 🙂

      J'aime

  2. Ah non non, si c’est temps calme, on ne joue pas dehors, JAMAIS, tu leurs donne une main, ils te bouffent le bras, c’est comme le film, s’il n’est pas fini, on attends pas 22h40 même exceptionnellement, 22h30 c’est 22h30, c’est le règlement !! 😉
    Bien à vous
    Laeti Ronique

    Aimé par 2 people

    1. Je souris en vous lisant… sans doute parce que j’ai assez de recul aujourd’hui (ayant quitté mon job en décembre 2013 – déjà !! Oo) pour ne pas m’énerver. Bonne route en tous cas sur ce chemin qu’est l’écoute de soi et l’écoute de l’autre… 🙂

      J'aime

  3. J’en dis que c’était une très bonne idée, et que tu as répondu à leur demande :D. Nous sommes tellement dirigés par des règles, des protocoles, des interdits, que la spontanéité est de moins en moins présente (je parle en terme d’action)… Je ne pense pas que sortir du cadre, c’est être laxiste, c’est voir une situation sous un autre angle, dans ce cas là, pourquoi le temps calme ne se ferait pas dehors ? Après tout, du moment que celui-ci est respecté, comme tu le dis en tout sécurité, peu importe l’endroit finalement.

    J'aime

    1. Bonjour, je suis Nathalie, travaille en Ariège, médiatrice familiale et anciennement éducatrice en MECS. Lire cette histoire m’a transportée dans un passé pas si lointain. Le cadre est nécessaire à la cohérence du travail d’équipe. La cadre trace les contours d’une organisation. En quoi as-tu dérogé au cadre? A mon sens en rien. Tu as respecté les horaires de coucher, la douche etc…Le cadre n’est pas un outil normatif, il existe pour servir de repère. En quoi bouger le temps calme de l’intérieur sur l’extérieur est -il une dérogation au cadre? A mon sens en rien. Tu as juste adapté les dispositions initialement prévues. A moins, que  » le temps calme à l’intérieur » est-il une règle faisant partie d’un règlement?

      A bientôt car je suis avec assiduité tes tribulations depuis que je les ais découvertes. Nathalie

      Aimé par 2 people

      1. Bonjour Nathalie,

        Les enfants, étant dehors, ont joué, couru, fait une partie de foot. Ce qui n’est pas considéré comme un temps calme.
        Ce qui a sans doute généré ces retours.
        Que je peux entendre.
        Et en même temps je refuse de me conformer à une règle, à un moment donné, qui n’a pas de sens, simplement parce que mes collègues auraient respecté scrupuleusement ce qui est écrit dans le règlement.
        Je pense que ça associé au fait que j’écoute les enfants, que je ne punisse pas, et d’autres choses (peut être aussi des erreurs que j’ai commises, et que j’accepte car je suis humaine !) accentuait le moindre positionnement en dehors de ce qui se faisait habituellement ?
        En tous cas, je suis heureuse qu’ils aient profité du soleil, eux l’étaient aussi, pour moi c’est ce qui compte !
        Au plaisir de vous lire,
        Elodie

        J'aime

    2. Je rejoins tes propos !
      Là où en effet, on sort quand même du temps calme, c’est que les enfants ont couru, joué au ballon, etc. Dès lors, ce n’est plus un temps calme même s’il se déroule dans la bonne entente.
      C’est sans doute là où le problème se pose…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s